Les tables de plongée à l'air M.N. 90

Cette page à été vue par 5815 internautes
différents depuis le 07/11/2001
Cette page à été vue 7698 fois.
La dernière fois le 24/02/2019.

Cliquez pour consulter les statistiquesCette page à été vue par 5815 internautes
différents depuis le 07/11/2001
Cette page à été vue 7698 fois.
La dernière fois le 24/02/2019.

Cliquez pour consulter les statistiquesCette page à été vue par 5815 internautes
différents depuis le 07/11/2001
Cette page à été vue 7698 fois.
La dernière fois le 24/02/2019.

Cliquez pour consulter les statistiquesCette page à été vue par 5815 internautes
différents depuis le 07/11/2001
Cette page à été vue 7698 fois.
La dernière fois le 24/02/2019.

Cliquez pour consulter les statistiquesCette page à été vue par 5815 internautes
différents depuis le 07/11/2001
Cette page à été vue 7698 fois.
La dernière fois le 24/02/2019.

Cliquez pour consulter les statistiquesCette page à été vue par 5815 internautes
différents depuis le 07/11/2001
Cette page à été vue 7698 fois.
La dernière fois le 24/02/2019.

Cliquez pour consulter les statistiquesCette page à été vue par 5815 internautes
différents depuis le 07/11/2001
Cette page à été vue 7698 fois.
La dernière fois le 24/02/2019.

Cliquez pour consulter les statistiquesCette page à été vue par 5815 internautes
différents depuis le 07/11/2001
Cette page à été vue 7698 fois.
La dernière fois le 24/02/2019.

Cliquez pour consulter les statistiques Dernière mise à jour le mercredi, 8 mars, 2006

Retour Les tables M.N. 90
 
- Domaine d'emploi
- Paramètres de la plongée
- Paliers avec inhalation d'oxygène
- Plongées sans palier
- Plongées en mode successif
- Plongées en mode consécutif
- Respiration d'oxygène en surface
- Remontées panique ou trop rapide
- Panne d'air au palier
- Les nouvelles tables M.N. 90
 
Nous écrire...


Téléchargez un programme de calcul avec profil de plongée d'après les tables MN90.


DOMAINE D’EMPLOI

L’usage des tables M.N. 90 est réservé à la plongée autonome dans le cadre des missions de la Marine Nationale, pour des plongées ne nécessitant qu’un effort physique modéré.

La décompression (palier) peut être assistée depuis la surface (fourniture d’air ou d’oxygène).

Retour


PARAMETRES DE LA PLONGEE

Les tables indiquent, en fonction de la profondeur atteinte et du temps passé sous l’eau, la profondeur et la durée des paliers à effectuer au cours de la remontée.

- La vitesse de remontée du fond au premier palier doit être comprise entre 15 et 17 mètres par minutes. Elle ne doit en aucun cas être supérieure à 17 mètres par minute. Entre les paliers, la vitesse est fixée à 1 mètre en 10 secondes.

- La durée de la plongée se compte en minutes entières (toute fraction de minutes commencée est considérée comme une minute entière écoulée) depuis l’instant où le plongeur quitte la surface en direction du fond jusqu’à l’instant où il quitte le fond pour remonter vers la surface.

- La profondeur de la plongée est la profondeur maximale atteinte au cours de la plongée.

Si la valeur de la durée de travail (de plongée) ou celle de la profondeur de la plongée ne sont pas dans la table, la valeur immédiatement supérieure est utilisée. L’interpolation des temps et des profondeurs est interdite.

Les tables donnent enfin le groupe, caractérisé par une lettre, auquel appartient la plongée effectuée. Ce groupe permet de programmer les plongées successives et de calculer leur décompression.

REMARQUE : la plongée aux profondeurs de 62 et 65 mètres n’est pas autorisée. Les tables données pour ces profondeurs sont des tables de secours à n’employer qu’en cas de dépassement accidentel de la profondeur maximale de 60 mètres. Dans ce cas, il est interdit d’effectuer une nouvelle plongée pendant une période de douze heures.

Retour


PALIERS AVEC INHALATION D’OXYGENE

Les paliers peuvent être effectués en inhalant de l’oxygène. Lorsqu’elle n’est pas utilisée dans le contexte d’un incident ou d’un accident de plongée, cette possibilité permet éventuellement de réduire la durée des mais ne change pas le groupe de plongée successive de la plongée réalisée.

La durée de chacun des paliers à l ‘oxygène pur est égale au deux tiers de la durée du palier donnée par les tables M.N. 90 arrondie à la minute supérieure.

Cette réduction n’est appliquée que si la durée totale des paliers réduits à l’oxygène pur est supérieure ou égale à cinq minutes.

Si cette durée totale est inférieure à cinq minutes, les paliers sont effectués à l’oxygène pur sans réduction, c’est à dire pour les durées données par les tables M.N. 90.

L’efficacité de la dénitrogénation avec l’inhalation d’oxygène pur n’est vérifiée qu’à l’issue d’un délai minimum de 5 minutes.

Retour


PLONGEES SANS PALIER

Il est possible de faire certaines plongées sans palier de décompression. La durée de ces plongées sans palier est donnée dans le tableau suivant :

Une durée illimitée
1 heure 15 minutes
40 minutes
20 minutes
10 minutes
5 minutes
9,25 mètres
15 mètres
20 mètres
25 mètres
30 mètres
40 mètres

 

Si le plongeur fait une seconde plongée moins de douze heures après la première, ce tableau n'est plus valable. Il doit alors utiliser la procédure de plongées successives.

Retour


PLONGEES EN MODE SUCCESSIF

Lorsqu’un plongeur commence un deuxième plongée en mode successif, son organisme n’a pas fini d’éliminer l’azote dissous dans ses tissus lors de sa première plongée. Pour tenir compte de cette surcharge, on détermine une majoration, qui est le temps qu’il faudrait passer à la profondeur de la deuxième plongée pour avoir la même quantité d’azote dissous.

Les tables M.N. 90 donnent pour chaque plongée une lettre dénommée "Groupe de plongée successive".

Le tableau I permet de déterminer l'azote résiduel dans l'organisme du plongeur en fonction du groupe de plongée successive et de l'intervalle de temps passé en surface. Si la durée exacte de l'intervalle ne se trouve pas dans le tableau, il faut prendre la valeur de l'intervalle immédiatement inférieure.

On trouve à l'intersection de la ligne du groupe de plongée successive et de la colonne de l'intervalle retenu, la valeur de l'azote résiduel que l'on reporte dans la première colonne du tableau II. Si cette valeur ne s'y trouve pas, prendre la valeur immédiatement supérieure.

Le tableau II donne, à l'intersection de la ligne de la valeur de l'azote résiduel retenue et de la colonne de la profondeur de la deuxième plongée, la majoration en minutes. Elle s'ajoute à la durée effective de la deuxième plongée pour calculer une durée fictive avec laquelle on entrera dans les tables M.N. 90 pour déterminer le profil de décompression à respecter.

Si la profondeur de la deuxième plongée ne se trouve pas dans le tableau II, prendre la profondeur immédiatement inférieure. La valeur de la majoration trouvée est applicable au calcul du profil de décompression de la profondeur immédiatement supérieure.

Le calcul des plongées en mode successif s'applique jusqu'à un intervalle de douze heures.

Si au cours de la deuxième plongée, la profondeur maximale atteinte est supérieure à celle qui a été prévue et retenue pour le calcul dans le tableau II, le plongeur conserve la majoration calculée, le calcul est effectué avec la durée fictive et la profondeur réellement atteinte.

De même, si la profondeur maximale atteinte est inférieure à celle qui a été prévue et retenue pour le calcul, le plongeur conserve la majoration calculée, le calcul est effectué avec la durée fictive et la profondeur utilisée pour le calcul.

Retour


PLONGEE EN MODE CONSECUTIF

Si l'intervalle passé entre deux plongées est strictement inférieur à quinze minutes, on considère qu'il s'agit d'une seule et même plongée. Pour déterminer les paliers de la deuxième plongée, entrer dans les tables M.N. 90 avec comme durée de plongée un temps égale à la somme des durées de plongées des deux plongées, dite "durée de plongée fictive", et comme profondeur, la profondeur maximale atteinte au cours des deux plongées.

Retour


RESPIRATION D'OXYGENE EN SURFACE

Dans l'intervalle de temps passé en surface entre deux plongées, il est possible de respirer de l'oxygène pur. On obtient ainsi une décroissance plus rapide de l'azote résiduel. Le tableau III "diminution de l'azote résiduel par respiration d'oxygène pur en surface" donne la valeur de l'azote résiduel qu'il faut prendre en considération pour entrer dans le tableau II du calcul des plongées successives. Cette valeur est déterminée en fonction :

- Du "Groupe de plongée successive" d'une première plongée (première colonne) ou de "l'équivalent azote résiduel" (deuxième colonne) déjà déterminé à l'aide du tableau I après un certain temps passé en surface à respirer de l'air;

- De la durée pendant laquelle le plongeur respire de l'oxygène pur.

Lorsque le temps réellement passé à respirer de l'oxygène pur en surface ne figure pas dans le tableau, prendre immédiatement la valeur inférieure.

La deuxième colonne du tableau III donne l'équivalence numérique entre la valeur de l'azote résiduel et les groupes de plongée successive.

Lorsque le taux d'azote résiduel a une valeur de 0,80 aucune navigation n'est à appliquer dans le calcul des plongées en mode successif.

Retour


REMONTEE PANIQUE OU A VITESSE TROP RAPIDE

Si le plongeur remonte en panique ou à une vitesse supérieure à 17 mètres par minute, il dispose alors de 3 minutes maximum à la surface et doit le plus tôt possible redescendre à la moitié de la plus grande profondeur atteinte au cours de la plongée et y rester 5 minutes. Puis, il remonte à la vitesse de 15 à 17 mètres par minutes et effectue les paliers indiqués sur les tables M.N. 90 en comptant comme profondeur, toujours la plus grande atteinte au cours de la plongée, comme temps, le temps total qui s'est écoulé entre le moment où il s'est immergé la première fois et celui où il commence sa remontée finale. Ce temps total est donc égal à l'addition des temps de la première plongée, des temps de la remontée rapide ou panique, des temps passés à la surface, des temps de descente à la demi-profondeur et des 5 minutes passées à cette demi-profondeur.

Retour


PANNE D'AIR PENDANT UN PALIER :

Si le plongeur vide sa bouteille avant la fin de ses paliers et si, contrairement aux règles de sécurité, il ne dispose pas d'une bouteille au palier, il doit remonter à la surface et y rester 3 minutes maximum pour changer de bouteille. Il doit ensuite redescendre à la profondeur du premier palier et effectuer à nouveau tous les paliers comme s'il n'en avait fait aucun.

Retour


Dauphin